SEGA® Mega Drive Classics : Quand la Switch devient la meilleure des Nomad

Bonjour mes chers amis(es) Legaciens c’est Machintruc, après avoir testé la Master System portable puis la Megadrive de poche de chez Atgames c’est avec Joie, Force et Honneur que votre serviteur fut contacté par notre tôlier Niçois pour procéder au test complet de cette énième compile made in SEGA. Alors après les compilations, PS2, PS3, PS4, One, PC & Android, Est-ce que cette version Switch vaut le coup qu’on s’y intéresse ? Reportage….

Pour commencer, il faut avouer que s’il y avait bien un sceptique dans la team concernant la qualité de cette compile, c’est bien moi. Lors de l’annonce de sa sortie (mars 2018), j’étais le premier à dire « pfff encore une compile Mega Drive avec encore et toujours les mêmes titres depuis 20 ans, à quand de la nouveauté ! ». Je m’étais également fustigé tel Donald Duck à l’époque de ne pas retrouver cette collection 16 bits proposé sur la dernière née de Nintendo. Je trouvais (et trouve toujours) que dans son concept de console transportable avec ses manettes détachables, qu’elle était sans aucun doute la meilleure façon de profiter de ces titres SEGA car elle permet de jouer n’importe où et à 2 joueurs sans avoir à courir après une deuxième manette. Je ne comprenais pas non plus sa « non annonce » au vue du peu de puissance que réclament les titres 16 bits.

Quand (ENFIN) en septembre l’arrivée de cette compile fut annoncée sur la console de Big N, j’ai légèrement retrouvé le sourire en me disant « pourquoi pas, à l’occasion » mais j’avais toujours en tête ma déception concernant l’édition PS3 avec ces filtres (avis personnel) qui « mochisaient » les titres et son menu principal inhospitalier au possible. Donc même si aux premières images j’ai pu constater que SEGA avait mis les formes concernant la présentation sur cette dernière monture, j’étais toujours aussi méfiant. Méfiance qui s’est renforcée lorsque j’ai vu le logo D3T au premier lancement de la cartouche sur ma Switch après la mise à jour. Car oui, Je fais partie des joueurs de Shenmue HD PS4 (jeu qui était développé par le studio D3t) , qui ont galéré pendant plusieurs semaines avant d’avoir une version jouable sans trop de bug. Me concernant j’ai loupé plus de 60% des cinématiques à cause du bug de caméra au fraise.

Donc me convaincre, fallait se lever de bonheur et pourtant……..

Lorsqu’on arrive dans le HUB qui nous sert de menu, on se sent bien. Je me sens comme à l’époque, dans ma piole ou presque. Même si tout n’est pas parfait (j’y reviendrai un peu plus tard), tout est là pour nous mettre dans l’ambiance : Posters SEGA, pistolet à eau « SUPER SOAKER », la bonne vieille cathodique de récup avec sa grosse multiprise, la hache de Death Adder, Skate, VHS…. A l’époque moi je rêvais d’avoir une pendule en forme de montre « FliK FlaK » comme mon voisin. Bref, Si vous êtes trentenaire comme moi, rien qu’à la vue de ce décor, vos souvenirs vous sauteront à la gueule et ça fait du bien.

Passons maintenant au contenu, en vert la liste des jeux disponibles sur la compile Switch / One / PS4 comparée aux titres disponibles sur les autres compilations, sur Mobile Android ou consoles ATgames sortie dernièrement.

Liste au format excel

Si vous espériez de la nouveauté et des inédits, vous risquez d’être déçu. La compile sent clairement le réchauffé. Néanmoins, cela reste d’excellents titres et il y en a pour tous les goûts. Action, plate-forme, réflexion, RPG, arcade, quelque soient vos préférences vous trouverez forcement votre bonheur. Certains titres possèdent aussi quelques défis et objectifs à battre histoire de rallonger un peu plus une durée de vie qui est déjà bien conséquente. J’aurais aimé cependant la présence sur cette compile des jeux Ecco the Dolphin 1 & 2 ; Sonic & Knucles ; Sonic 2 & Knucles et Sonic 3 & Knucles. Pour finir sur une note plus positive, certains jeux sont localisés, ce qui permet de jouer à BEYOND OASIS alias La légende de Thor en Français. YOUPIIIIIIIIIII.

Le choix de la localisation se fait en appuyant sur le pad de gauche sur Switch

Concernant, le rendu Switch en mains, C’EST DU TOUT BON. Les contrôles sont idéalement placés, on prend plaisir a parcourir les Hits 16 bits de la Mega Drive qu’importe l’endroit ou l’on se trouve. Canapé, lit, voiture, en vacance ou même au petit coin.

Le joystick et/ou la croix gauche (au choix) permet de gérer les  déplacements, les boutons Y/B/A remplacent les boutons de la manette Mega Drive 3 boutons. Le joystick quant à lui droit gère le chargement / sauvegarde rapide et les gâchettes LZ et RZ le « rewind ». Autant je trouve la fonction savestate d’une efficacité redoutable et idéalement placée (juste un coup de pouce et Hop), autant le trouve la fonction retour en arrière inutile, d’ailleurs j’ai découvert la fonction par pur hasard au bout de 5h de jeu faute à l’absence de notice et/ou Tuto mais cela reste mon avis strictement personnel.

De plus, on a droit à 4 emplacements de sauvegardes par jeu, (5 en comptant la sauvegarde rapide) de quoi voir venir et gommer nos traumatismes de jeunesse. Seuls ceux qui sont nés dans les années 80 (ou avant) ont connu la fameuse technique de « Je mets sur la pause et j’éteins la TV pour la nuit » et quand on revient le lendemain après l’école, on retrouvait généralement la console éteinte car nos parents la coupaient avant d’aller se coucher. Le record (ou pas LOL) reste quand même ce japonais qui n’a pas éteint sa console depuis 20 ans (en 2015).

Concernant les réglages graphiques de l’émulateur, chacun trouvera son bonheur. Du mode classique sans filtre qui est du copier-coller de la rom d’origine au mode HD4X ou XBR. Le rendu est vraiment très soigné. Les petites lignes de scan donnent un coté rétro vraiment à l’ancienne, le même que j’avais sur ma TV d’époque. Par contre, je vous déconseille le plein écran étiré; Format 4/3 sinon rien. Il est vrai que sur un grand écran full HD ou 4K en mode Dock, ça pique un peu les yeux et il faut un léger temps d’adaptation pour que nos yeux se réhabitue à la résolution 16 bits. Mais sur l’écran de la Switch en mode Nomade, c’est SUBLIME.

Menu paramétrage de l’émulateur

Le point fort de cette version Switch (en plus de sa portabilité) réside comme le dit plus haut à sa possibilité de jouer à 2 n’importe quand, n’importe où et en un seul geste. Je n’ai pas approfondi sur tous les titres mais je n’ai pas constaté de ralentissement sur les quelques parties que j’ai joué en multijoueur local.  Les joy-cons répondent bien et la prise en mains  est top.

Concernant le multi en ligne, je n’ai pas pu tester les serveurs n’ayant pas d’abonnement au service online de Nintendo. Je ne sais donc pas s’il y a du monde en permanence de connecté et s’il y a des problèmes de  déconnexion intempestive. Mais en toute franchise, c’est à 2 et en locale que l’on profite au mieux de ces titres 16 bits. D’ailleurs, je rêve de me faire une petite partie de Robotnik Mean Bean Machine avec Patman ou un petit Altered Beast avec notre Reverend, le tout en terrasse en partageant une bonne petite mousse.

A deux, c’est toujours mieux

En résumé : Jeux « classiques » mais top, émulateur efficace, jouabilité impeccable et multi agréable, tient-on vraiment la perle des compiles Mega Drive jamais sortie ? Ben presque et la perfection n’était pas loin. Personnellement, quitte a jouer la carte de la chambre d’ado, moi, j’aurais  joué la carte nostalgie jusqu’au bout. J’aurais tellement adoré pouvoir personnaliser la chambre en débloquant des posters, des gashapons ou autres éléments de décorations à l’effigie des jeux terminés pour parfaire la décoration du HUB. La chaine Hi-fi ne nous permet pas non plus de pouvoir écouter les OSTs depuis le menu. Quelque soit le jeu choisi, la cinématique d’insertion de la cartouche même si vraiment sympa, ne montre que la cartouche et sa police dans le thème du jeu. Cela aurait était tellement plus classe d’avoir des reproductions des cartouches. Il n’est pas possible non plus de regarder les jaquettes et/ou les notices, elles regorgeaient pourtant d’informations intéressantes, que je prenais un réel plaisir à lire à l’époque. Certes ce sont des détails mais ça aurait vraiment été un pur bonheur supplémentaire et ces petites choses auraient pu faire la différence entre le bon et l’excellent. Néanmoins, on a vraiment une bonne compile, agréable à jouer et qui transforme notre Switch en digne héritière de la Nomad. Merci monsieur SEGA et j’espère pouvoir tester une compile Saturn, Dreamcast ou Master System un de ces jours.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :